La santé mentale des étudiants en médecine

La santé mentale est un état de bien-être dans lequel une personne peut se réaliser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un travail productif et contribuer à la vie de sa communauté. Dans ce sens positif, la santé mentale est le fondement du bien-être d’un individu et du bon fonctionnement d’une communauté.

La santé et le bien-être mentaux sont indispensables pour que l’être humain puisse, au niveau individuel et collectif, penser, ressentir, échanger avec les autres, gagner sa vie et profiter de l’existence. C’est pourquoi, la promotion, la protection et le rétablissement de la santé mentale sont des préoccupations centrales pour les établissements, les collectivités et les sociétés partout dans le monde.

Au début de ce mois de Novembre, Casablanca a abrité l’événement qui suscita surprise et émotion ; un étudiant en médecine suivi pour une maladie psychiatrique a complètement dérapé en mettant en danger la vie d’autrui, et ce suite à l’arrêt brutal de son traitement. Face à la brutalité de son comportement, les autorités furent dans l’obligation de lui tirer dessus.

Les étudiants en médecine de façon générale sont soumis à plusieurs facteurs de stress : en plus de la longueur des études médicales et de la charge du programme, se rajoutent les conditions estudiantines peu favorables. Sans oublier l’insertion rapide dans le milieu hospitalier où ils sont alors confrontés quotidiennement aux souffrances physiques et psychiques de leurs patients et doivent, de ce fait, allier travail académique et stages pratiques au cours desquels ils endossent une responsabilité croissante, à la fois technique et relationnelle.

Pour comprendre ceci, nous avons rencontré Professeur Abderrazzak Ouanass, professeur de psychiatrie et chef de service des urgences psychiatrique au CHU Arrazi de salé

Quels types de maladie auxquelles les étudiants sont les plus confrontés ?

Il précisa : « Quand on faisait la consultation dans la cité universitaire, on a constaté que pas mal d’étudiants viennent consulter pour des manifestations d’angoisse et des troubles de sommeil. Il a aussi été enregistré que certains étudiants présentent depuis leur première année des manifestations psychotiques particulièrement de type schizophrénie. Toutefois, la plupart d’entre eux se stabilisent sous traitement et poursuivent avec  difficulté leur cursus médical »

 Y-a-il une étude sur la consommation des psychotropes chez les étudiants ?

La majorité des étudiants en médecine aurait recours à la consommation des psychotropes et en particulièrement les benzodiazépines connus pour leur efficacité sur l’anxiété et l’insomnie leur permettant de surmonter la phase de préparation des examens.

La faculté a-t-elle mis en place un système pour aider ces étudiants ?

OUI, la faculté a mis en place un système de tutorat qui va les encadrer et les aider à surmonter la phase difficile de la maladie et ce grâce au soutien des  intervenants en psychiatrie.

Avez-vous des conseils à proposer aux jeunes étudiants en médecine?

Afin de prévenir le problème de stress et d’angoisse et de dépression, l’étudiant  doit s’ouvrir au monde : la vie n’est pas que travail et examens. C’est bien de réussir mais il faut travailler à l’avance, participer à des activités d’ouverture, créer des groupe pour s’amuser. Il ne faut pas que les étudiants restent enfermés sur eux-mêmes pour éviter de déclencher des dépressions et plusieurs troubles psychiques.

L’étudiant en médecine c’est le futur médecin. Sa bonne santé, aussi bien physique que mentale, est un élément fondamental pour assurer une force du corps médical en général.

En conclusion, la santé mentale des étudiants en médecine est une question importante et d’actualité. Elle nécessite la réalisation d’études portant sur des échantillons plus importants afin de permettre une analyse comparative plus exhaustive des caractéristiques cliniques et thérapeutiques des étudiants en médecine inscrits dans une démarche de soin. La nécessité d’une filière de prise en charge qui serait spécifiquement dédiée aux médecins et aux étudiants en médecine est à discuter.