Hier, Medactu était présente dans la 1ère édition «La nuit des médecins » sur le thème  “La santé mentale chez les professionnels de santé et les étudiants en médecine” organisé par le club Great Debaters FMPR.

 

Cet événement a eu lieu au sein de la faculté de médecine et de pharmacie Rabat et a connu l’intervention des différents acteurs principaux du cursus médical à savoir les professeurs de médecine et de pharmacie, les résidents représentés par l’AMRR, les internes représentés par l’AMIR et bien entendu les étudiants de la faculté représentés par Le BDE, le CEP, la Méd’ociation et les différents clubs et associations de la faculté .

 

Cette nuit fut marquée par l’intervention du Professeur MAJBAR Anass, chirurgien viscéral qui exposa son étude sur la santé mentale des résidents en se basant sur le fameux test psychologique de “MASLACH”. Etaient présent également le professeur Maria SABIR, médecin psychiatre et addictologue au CHU Arrazi, le professeur Mohamed Zakaria BICHRA, chef de service de psychiatrie à l’HMIMV, et le professeur Ahallat vice doyen de la faculté de médecine et de pharmacie Rabat. Tous partagèrent avec l’audience leurs expériences vécues et leur points de vue enrichissants sur l’importance de cette problématique.

 

Il y eut aussi un débat dirigé par le Professeur Asmae Mdaghri Alaoui, chef de commission de la vie estudiantine, sur les responsabilités partagées entre étudiants et professeurs ainsi que le rôle de l’environnement dans l’émergence de cette problématique.

Cette soirée fut clôturée par des recommandations pratiques que l’on devrait instaurer dorénavant non seulement pour prévenir les dépressions et les burnouts au sein des rangs de la faculté et des hôpitaux mais aussi pour assurer une santé mentale saine et équilibré des professionnels de santé. L’étudiant se doit donc de participer aux différentes activités associatives et de s’ouvrir davantage aux événements qui l’entourent. Aussi, la création institutionnelle d’un comité de prise en charge des étudiants en difficulté s’impose au sein de la faculté afin de prévenir ce phénomène grandissant d’abandon et d’échec universitaire

L’étudiant en médecine c’est le futur médecin. Sa bonne santé, aussi bien physique que mentale, est désormais un priorité fondamentale pour assurer l’union et la force du corps médical en général.