L’exercice aérobie stimule la cognition, même chez les jeunes adultes

Des exercices d’aérobie réguliers, comme la marche et le cyclisme, peuvent améliorer la cognition, en particulier la fonction exécutive, à la fois chez les adultes âgés et leurs homologues plus jeunes, comme le montrent les nouvelles recherches.

 

Les résultats de l’étude ont montré que les scores moyens au test de la fonction exécutive étaient significativement améliorés chez ceux qui effectuaient des exercices d’aérobie par rapport à ceux qui faisaient des étirements.

“Les exercices d’aérobie ont été bénéfiques pour la cognition et le domaine principal qui en a bénéficié était la fonction exécutive”, a déclaré l’enquêteur de l’étude, Dr Yaakov Stern de l’Université de Columbia.

 

La fonction exécutive met au premier plan les habiletés métacognitives de haut niveau, dont la mémoire de travail (la capacité de retenir et d’utiliser l’information pendant une courte période), le contrôle inhibiteur (la capacité de gérer et de filtrer les pensées et les pulsions) et la flexibilité cognitive (la capacité de réorienter rapidement les engrenages mentaux).

 

“Ce qui est intéressant, c’est que nous avons constaté que l’exercice d’aérobie était également bénéfique pour les jeunes, en termes de cognition et d’épaisseur corticale, ce qui n’a jamais été démontré auparavant”, a ajouté Dr Stern.

 

L’étude a été publiée en ligne le 30 janvier dans la revue “Neurology”  .

 

 

Dans l’essai clinique communautaire tous les participants éligibles ont subi des tests de condition physique de base. L’étude comprenait 132 adultes ayant une capacité aérobie inférieure à la moyenne.  Aucun participant ne fumait ou ne souffrait de démence.

Les participants ont été assignés au hasard à l’un des deux groupes. Les membres de chaque groupe ont suivi quatre séances d’entraînement hebdomadaires pendant six mois. Toute la formation a été réalisée dans un centre de fitness et les participants ont eu des check-ins hebdomadaires avec les entraîneurs pour surveiller leurs progrès. Les deux groupes étaient comparables en ce qui concerne l’âge, le sexe et l’éducation, ainsi que la mémoire de base et les compétences cognitives.

 

Les membres du groupe d’exercices ont choisi une variété d’activités aérobies, notamment marcher sur un tapis roulant, faire du vélo avec un vélo stationnaire ou utiliser un appareil elliptique. Les membres du groupe d’étirement et de tonification ont fait des exercices pour promouvoir la souplesse et la force de base. Les participants des deux groupes ont subi entre 10 et 15 minutes d’échauffement / récupération et entre 30 et 40 minutes d’entraînement.

 

Les fonctions cognitives dans plusieurs domaines, y compris la fonction exécutive, la mémoire épisodique, la vitesse de traitement, le langage et l’attention, ainsi que la fonction quotidienne et l’indice de masse corporelle (IMC), ont été évalués à l’initiation de l’étude, à 3 mois et à 6 mois. Les participants ont également subi des examens cérébraux par IRM au début et à la fin de l’investigation afin de déterminer l’épaisseur corticale.

 

Grâce aux conditions de recherche, les auteurs ont constaté que l’exercice d’aérobie augmentait les capacités de réflexion.

Du début à la fin de l’étude, ceux qui ont pratiqué des exercices d’aérobic ont amélioré leurs scores globaux aux tests de la fonction exécutive de 0,50 point, une différence statistiquement significative par rapport à ceux qui ont fait des étirements et qui ont progressé de 0,25 point.

À l’âge de 40 ans, l’amélioration des capacités de réflexion était de 0,228 unité standard plus élevée chez ceux qui faisaient de l’exercice que chez ceux qui faisaient des étirements, et à 60 ans, elle était supérieure de 0,596 unité.

Les auteurs expliquent que, « étant donné qu’une différence de 0,5 écart-type équivaut à une différence de performance liée à l’âge de 20 ans pour ces tests, les personnes qui faisaient de l’exercice se comportaient aux tests comme si elles avaient environ 10 ans de moins à 40 ans et environ 20 ans de moins à 60 ans ».

 

Enfin, vu que les compétences de réflexion au début de l’étude étaient plus faibles pour les participants plus âgés, les résultats suggèrent que les exercices d’aérobie sont plus susceptibles d’améliorer les pertes de capacité de réflexion liées à l’âge plutôt que d’améliorer les performances de ceux qui n’en souffrent pas.

 

Les chercheurs ont également constaté une augmentation de l’épaisseur de la couche externe du cerveau dans la région frontale gauche chez tous ceux qui faisaient de l’exercice, suggérant que l’exercice aérobie contribue à la bonne forme du cerveau à tous les âges.

 

Ces recherches confirment que l’exercice peut être bénéfique pour les adultes de tout âge.

Dans l’ensemble, les chercheurs n’ont pas trouvé de lien entre l’exercice et l’amélioration de la mémoire.

 

 

Cependant, ceux avec le marqueur génétique de la démence (l’allèle APOE ε4), ont montré une amélioration moindre des capacités de réflexion.

 

Dr Stern a conclu que les résultats de l’étude ont des implications importantes pour la santé publique et ouvrent la porte à une intervention réalisable et flexible qui traite de la santé cognitive et du cerveau chez les adultes de tous les âges.

 

“Il est de plus en plus reconnu que l’exercice est important pour la santé”, a-t-il conclu. “Et je pense que cette étude renforce vraiment cela, et étend ces avantages aux jeunes.”