L’humanité entre dans une ère nouvelle où se mêlent les réalités virtuelle et concrète. L’informatisation, la miniaturisation, la numérisation et les communications par satellite progressent à pas de géant et métamorphosent tous les aspects de notre existence. Les nouvelles techniques de l’information réduisent les distances et rapprochent les individus. Nous pouvons maintenant communiquer avec toutes les régions du monde rapidement et à peu de frais.

Actuellement l’un des problèmes du système de santé au Maroc ou en Afrique c’est l’accessibilité aux services de santé. Cependant, comment les outils connectés et le numérique peuvent-ils être utiles pour le praticien, pour le système de santé et pour la population ?

Pour répondre à cette question l’équipe de Medactu  a réalisé un entretien avec le Professeur Jaafar HEIKEL, épidémiologiste, spécialiste des maladies infectieuses et président du comité scientifique du groupe international de management en santé INISAN au Maroc.

Le forum « FUTURES » in Africa, régulièrement tenu depuis 5 ans,  est le premier événement qui relie les écosystèmes numériques Français, Marocains et Africains permettant la rencontre d’innovateurs, de penseurs, de faiseurs de start-ups, de sociétés, d’institutions et d’universitaires afin d’expérimenter de nouveaux produits /services numériques dans les domaines stratégiques de l’éducation, de la santé (ou de l’intelligence territoriale). Cet événement a été organisé cette année à Casablanca, le 1er et 2 mars 2018. Le rendez-vous a réuni plus de 20 intervenants internationaux qui ont décrypté les tendances et les enjeux de la transformation numérique au Maroc et en Afrique, notamment dans le secteur de la santé.

La E-santé est un concept général qui vise à utiliser les dernières technologies pour faciliter l’accès aux soins, simplifier la vie des médecins praticiens et par conséquent améliorer la qualité des traitements.

En effet, la Radiologie et la Biologie peuvent désormais être réalisées à distance grâce à des outils diagnostics performants. Nombreux sont les examens paracliniques qui peuvent être réalisés par un technicien expérimenté et dont les résultats parviendront ensuite à un médecin spécialiste pour interprétation.

De surcroit, la télé-médecine permet aujourd’hui de faire des diagnostics à distance et aider à la prise en charge des malades

Toujours en alliant technologie et Médecine, le E-learning se présente tel un nouveau concept qui dispense les étudiants en Médecine ou les médecins d’assister à l’amphithéâtre ou aux salles de cours pour recevoir l’information. Il est possible aujourd’hui de suivre des formations via une plate-forme numérique, que vous soyez dans un centre de santé, un l’hôpital, ou un cabinet médical. Grâce à un cumul de crédit, on peut avoir accès à une sorte de formation qualifiante théorique.

« Le présentiel n’est pas aujourd’hui une obligation pour avoir l’information médicale continue. » insiste le Professeur Jaafar HEIKEL

En somme, les outils connectés sont des systèmes qui aident à une meilleure accessibilité au services de santé et permettent le suivi de la sécurité sanitaire des médicaments, des vaccins et autres consommables médicaux. De plus, il s’agit d’utils non seulement de diagnostic et de formation continue mais surtout d’optimisation et de financement du système de santé. Ainsi, nul besoin d’avoir des spécialistes partout.

En dépit de ces nombreux faits, la confidentialité du secret médical est loin d’être garantie. En effet, l’outil Internet peut être Hacké d’une part. D’autre part, le fait que l’information médicale soit divulguée à plusieurs acteurs dans la chaine de soin, peut mettre en péril la confidentialité du secret médical.

De plus, il ne faut pas considérer la E-santé comme une panacée permettant de résoudre et les problèmes de santé des patients et les problèmes liés au financement du système d santé et même ceux liés à l’amélioration de l’accessibilité aux services de santé. L’outil informatique doit être un outil d’appoint, d’accompagnement pour l’amélioration de l’accessibilité de la santé non pas un outil de remplacement. La E-santé est un moyen de renforcement.

Cependant, la majorité des médecins sollicitent peu l’outil informatique dans leurs consultations et dans leurs prises de décisions. Il est fondamental de convaincre les étudiants en Médecine et les médecins d’être plus connectés.

Grâce à la technologie, on pourrait faire moins d’erreurs médicales notamment dans la prescription des ordonnances. Le médecin ne peut pas connaître par cœur toutes les interactions médicamenteuses mais pourrait vérifier sur internet si son ordonnance est sans risque.

Cela fait déjà 5 ans qu’on entend parler de E-santé au Maroc. Bien que le réseau mobile soit bien développé,  nous ne sommes pas bien avancés à l’heure où plusieurs pays Africains ont déjà franchi le pas et nous ont  dépassé. Nous avons bien la loi 131-13 qui permet, dans l’un de ses articles, de réfléchir à ces deux thématiques, mais les décrets d’application ne sont pas encore publiés.