La thèse, juste une formalité ? Edito signé Dr Alae Guerrouani

47

 

Combien de fois n’avons-nous pas entendu que la thèse en Médecine n’était qu’une formalité? … A tel point que dès qu’il s’agit de revendiquer l’équivalence de notre diplôme de Doctorat si péniblement obtenu, on nous oppose ce même argument que nous avons nous même construit: que notre thèse de recherche n’est qu’une formalité sans valeur scientifique.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu qu’il valait mieux prendre un sujet en Chirurgie car les sujets de thèse pris en Chirurgie étaient plus faciles à expédier que ceux pris en Médecine, et que la thèse ne servait finalement à rien?

La réalité est que l’on peut rédiger de très belles thèses en Chirurgie comme on peut en faire de très mauvaises en Médecine, en Biologie ou en Chimie et que le facteur principal qui intervient dans la qualité d’une thèse est l’effort fourni par celui ou celle qui l’a rédigée, et par conséquent la qualité de son travail. En effet, une thèse peut être un concentré d’erreurs et de plagiat comme elle peut être un concentré de recherche, selon que son auteur soit une personne consciencieuse ou au contraire une personne négligente. In fine, votre thèse restera le seul document officiel que vous auriez rédigé vous-même et qui conclura vos longues années d’études. Et si un jour votre thèse qui surplombe l’étagère la plus exposée de votre bibliothèque tombe entre les mains de votre rejeton de 15 ans, vous ne voudriez surtout pas qu’il vous juge ou qu’il juge la qualité de vos prestations médicales sur un travail bâclé qui remonte à vingt-cinq ans !

Une simple recherche de votre nom sur google mènera le premier venu à l’intégralité de votre travail de thèse. Un patron auquel vous auriez demandé un stage spécialisé pourra très facilement se faire une idée sur la qualité de votre travail en lisant les premières lignes de votre thèse sur internet, ou en lisant vos dédicaces à vos parents… Tiens, En googlant mon titre de thèse, je suis tombé sur le texte que j’ai rédigé de mes mains et corrigé un nombre incalculable de fois, copié-collé dans une revue nationale sans qu’y figurent ni mon nom ni celui de mon directeur de thèse. Pire encore, aucune mention n’y a été faite du travail original que nous avions mené.

Le plagiat est une vraie plaie… Et combien de rétractions pour cause de plagiat dénoncé ont laissé des cicatrices indélébiles sur Pubmed ! Là aussi, votre futur employeur, un membre de votre jury du concours d’assistanat ou un chef de service étranger auquel vous auriez demandé un stage, pourra facilement se faire une idée de la qualité de votre travail et de votre honnêteté intellectuelle en découvrant la marque de votre fraude scientifique en quelques clics seulement. C’est souvent quand vous vous présenterez à un poste de responsabilité important que votre passé frauduleux refera surface pour vous précipiter et votre réputation au bord de l’abîme. Et ce ne sont pas les histoires qui manquent: Il y a cette ministre Allemande de l’éducation destituée de ses diplômes et forcée à démissionner pour un plagiat ancien de 33 ans. Pour votre information, le plagiat est une accusation qui ne fait l’objet d’aucune prescription, un tricheur est reconnu tricheur ad vitam aeternam. C’est une carte que vos opposants joueront quand ils le souhaiteront. C’est l’arme que vous mettez entre leurs mains pour qu’ils vous abattent quand bon leur semblera, de préférence quand vous serez le(la) plus vulnérable.                                                                      Cet autre ministre Allemand de la défense, chouchou du peuple, s’est lui aussi vu retirer son titre universitaire et forcé de démissionner pour raison de plagiat. D’autres copier-coller ont fait trembler une partie du gouvernement Roumain. Un Président d’université Belge avait démissionné pour avoir plagié (et pour l’histoire, c’était son collaborateur qui avait commis l’infraction) une partie de son discours pour la rentrée universitaire, fait très grave… pour ne donner que ces exemples. Si à ce jour, les scandales de plagiat n’émeuvent encore que peu de gens au Maroc, demain sera certainement différent.

Il est donc recommandé de choisir un sujet de thèse ou de recherche pour lequel vous portez de l’intérêt plutôt qu’un sujet facile voire bidon parfois, et d’insister auprès de votre directeur de thèse (le harceler, littéralement) pour qu’il oriente le travail convenablement. Ce n’est pas un service qu’on vous rend. Préparer une thèse de qualité acceptable est une obligation qui pèse sur le doctorant et sur son encadrant. Prenez-le pour un challenge! Je vous recommande aussi de choisir votre sujet de thèse dès le début de la 6e année, ce qui vous laisse suffisamment de temps pour faire votre recherche bibliographique, faire mûrir vos idées, recruter vos patients quand il s’agit d’un travail prospectif, dépoussiérer les vieux dossiers quand il s’agit d’un travail rétrospectif ou d’une étude de cas et enfin rédiger ce qu’on ne saurait désormais dissocier de votre personne: votre travail de thèse qui fera de vous – non pas un mais – le “Docteur”.

Prenez le temps de rédiger vous mêmes vos dédicaces. Ayez la larme à l’oeil et ressentez ce frisson de gratitude envers vos parents quand vous coucherez sur papier ce que vous ressentez envers eux mais que vous n’avez jamais eu l’occasion de leur dire… Vos proches sauront faire la différence entre vos propos sincères et les phrases banales bourrées d’erreurs que vous suggérera l’imprimeur. Ils en seront d’autant plus touchés. N’oubliez pas qu’ils sont, malgré eux, vos compagnons de galère dans cette longue aventure que sont les études médicales. Qu’ils soient fiers de vos efforts ! Faites preuve d’honnêteté vis à vis des membres de votre jury, c’est votre travail qu’ils jugeront pas vos louanges envers eux. Soyez vous mêmes, dites leur des choses bien, mais pensez-les d’abord.

C’est le meilleur de vous-même que nous souhaitons voir, montrez-le nous !

Enfin, avant de soumettre votre thèse, faites la lire à des personnes qui ne vous montreront aucune complaisance. Vous ne souhaitez tout de même pas qu’on énumère le nombre de “s” que vous avez omis lors de votre soutenance qui rassemblera votre famille proche et lointaine… et peut-être même votre prof de Français du temps où vous fréquentiez le collège… (ma prof de Français du collège a assisté à ma soutenance).

Et malgré tout cela, il y aura toujours quelqu’un pour vous critiquer ou critiquer votre thèse. La critique constructive n’est pas une mauvaise chose. Peut-être que le but d’une thèse de Médecine est de justement confronter les avis, déterrer les questions importantes et raviver le débat. Dans tous les cas, vous auriez essayé tout ce qui était en votre pouvoir, vous n’aurez aucun regret. N’est-il pas vrai qu’ ”il vaut mieux avoir des remords que des regrets”?

Dr Alae Guerrouani 

Chirurgien Maxillo-Facial & Stomatologiste 

Fellow – Dept. Oral and Maxillofacial Surgery Dalhousie University, Halifax, NS, Canada