La parodontite agressive est une pathologie infectieuse à caractère inflammatoire, à évolution rapide, aboutissant parfois à la perte spontanée et précoce des dents (1).

L’âge du début se situe généralement autour de la puberté. Les patients atteints sont sains par ailleurs et la maladie présente généralement un caractère familial.
Contrairement aux autres formes de maladies parodontale, les parodontites agressives sont très rares, notamment dans le monde occidental (O,1 à 0,5 % en Europe et en Amérique du Nord). La prévalence est relativement plus élevée chez les populations africaines, sud américaines et asiatiques (1 à 5 %) ( 2)

Au Maroc, une enquête nationale sur la prévalence est en cours mais les études préliminaires font état d’une prévalence entre 4,9 et 7,6 % (3, 4),ce qui fait de la parodontite agressive une priorité nationale en termes de besoins en traitements. Par ailleurs, notre pays compte 5000 médecins dentistes et beaucoup moins de spécialistes en parodontologie,  ce qui oblige tous les praticiens à prendre en charge ne serait-ce que dans les phases précoces ou tout du moins à diagnostiquer cette pathologie.

Deux formes de la maladie sont décrites : une forme localisée caractérisée par une perte d’attache interproximale atteignant les 1ères molaires et des incisives avec atteinte d’au moins deux dents permanentes, dont une 1ère molaire et pas plus de deux dents autres que les incisives et 1ère molaire. La forme généralisée, quant à elle, est caractérisée par des pertes d’attaches interproximales généralisées touchant au moins trois dents permanentes, autre que les 1ères molaires et les incisives (Figure 1).

Le diagnostic repose sur les données de l’examen clinique et radiographique. Le sondage parodontal requiert une importance primordiale dans le dépistage et le diagnostic des parodontites en général. En effet, une valeur de sondage supérieure à 4 mm est révélatrice d’une perte d’attache. L’examen radiographique complète l’examen clinique en confirmant les lyses osseuses, les corolaires des pertes d’attache, et évalue leurs morphologies ainsi que leurs degrés.

Le pronostic des parodontites agressives est d’autant plus réservé que la prise en charge est tardive. D’où l’importance du dépistage et de la prévention primaire.

Le traitement des parodontites agressives a pour objectif principal le contrôle du facteur bactérien, c’est la thérapeutique étiologique qui consiste en un contrôle de plaque rigoureux par le patient, un traitemet mécanique par le praticien (détartrage et débridement parodontal) et un traitement antibiotique justifié par le fait que les bactéries impliquées dans cette forme clinique sévère de parodontites sont hautement virulentes et dotées d’un pouvoir d’invasion tissulaire. Une réévaluation effectuée deux mois après la thérapeutique étiologique permet d’apprécier les résultats de cette dernière. En effet, si elle montre une persistence ou une aggravation des signes cliniques, les patients seront addressés à une structure spécialisée. Si au contraire, les lésions sont stabilisées, et ce sont les cas les plus fréquents, les patients seront placésen maintenance parodontale, afin de prévenir les récidives de la maladie, c’est à dire en mode de suivi régulier à une fréquence déterminée par le parodontiste traitant et variant de deux à six mois.

Pr. Meryem RHISSASSI
Professeur de l’Enseignement Supérieur
Département de Parodontologie
Faculté de Médecine Dentaire de Rabat

 

Bibliographie

 1/ Albandar J.M.Aggresive ans acute periodontal diseasesPeriodontology 2000, juin 2014, vol. 65, n° 1, 7-12

2/ Albandar J. M., Tinoco E.Global epidemiology of periodontal diseases in children and young persons.Periodontology 2000 29 (1), 153-176, 2002

3/ Haubek D, Ennibi O.K., Abdallaoui L., Benzarti N, Poulsen S.Attachment loss in Moroccan early onset periodontitis patients ans infection with the JP2-type of Actinobacillus actinomycetemcomitans.

J.Clin. Periodontol. 2002, 29 ; 657-660

4/ Kissa J., Chemlali S., El Houari B., Amine K., Khlil N., Mikou S., Nadifi S., Albandar J.M.Aggressive and chronic periodontitis in a population of Moroccan school students.

J.Clin. Periodontol. 2016 ; 43 : 934-939

5/ Société Marocaine de Parodontologie et d’Implantologie; Charte de Prévention et de Prise en Charge des Parodontites Agressives au Maroc. Edition 2015. Smpi.ma