La Journée mondiale de lutte contre le  sida, qui a lieu le 1er décembre, est l’occasion de commémorer ceux et celles qui nous ont quitté et de sensibiliser le public au sida et à la pandémie du virus du Sida. C’ est l’occasion d’une mobilisation mondiale contre le VIH, où des actions d’information, de prévention et de sensibilisation sont conduites. Aujourd’hui, plus de 36 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde.

Au Maroc, en 2016, il y a eu 24.000 personnes séropositives dont 51% d’entre elles ignorent qu’elles sont porteuses du virus et sont donc potentiellement contagieuses. Par région, c’est le Souss-Massa qui détient le record de prévalence (24,6%), suivi de Marrakech (21,5%), Casablanca (18,4%) La région de Dakhla Oued Eddahab comporte le moins de séropositifs avec un modeste 0,8%.

Malgré ces chiffres, le succès du Maroc en matière de lutte contre cette épidémie a été fortement salué par le programme commun des nations unies, le qualifiant de modèle dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord.

Le plan stratégique national 2017-2021 a pour objectif d’accélérer la riposte au SIDA pour atteindre l’objectif des “90-90-90” en 2020, recommandé par l’ONUSIDA, qui œuvre à ce que 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 90% de celles qui connaissent leur statut bénéficient du traitement antirétroviral et 90% de celles sous traitement arrivent à la suppression virale.

Derniers points à retenir :

. Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un rétrovirus responsable du syndrome d’immunodéficience acquise ,qui est un état affaibli du système immunitaire le rendant vulnérable à de multiples infections opportunistes.

. Transmis par plusieurs fluides corporels : sang, sécrétions vaginales, sperme, liquide pré-éjaculatoire ou lait maternel et par conséquent nous distinguons 3 voies de contamination
*sexuelle
*Contamination par du matériel souillé
*Passage mère-enfant

. Les antirétroviraux constituent l’arsenal thérapeutique contre le VIH, qui s’étoffe progressivement. Grâce à la trithérapie utilisée depuis 1996, la mortalité dûe au SIDA a chuté, de façon significative.

.  Le préservatif reste le socle de la prévention, combiné à l’utilisation de lubrifiant, pour se protéger contre les IST et le VIH.

. Les évolutions technologiques de ces dernières années ont considérablement simplifié les techniques de dépistage pour permettre à n’importe quel intervenant de santé, moyennant une formation assez simple, de réaliser des tests à résultat rapide (dits TROD), c’est le dépistage démédicalisé. Ces techniques simplifiées permettent de réaliser un dépistage « délocalisé », c’est-à-dire hors du milieu médical, ce qui crée de nouvelles possibilités pour connaitre son statut sérologique. La prévention combinée du VIH doit nécessairement être articulée avec « la prévention, le dépistage et le traitement des autres infections sexuellement transmissibles (IST).