Un simple filet de mandarines ; a pu déclencher une série d’investigation qui ont révélé  les informations disponibles dans le monde entier sur les dispositifs médicaux défectueux, dangereux – voire potentiellement mortels.

En effet, une journaliste de la chaîne de télévision néerlandaise AVROTROS (membre de l’ICIJ) a réussi à faire passer un filet de mandarines… pour un implant vaginal .

Alerté par la journaliste néerlandaise, deux cent cinquante-deux journalistes ont enquêté dans 36 pays, pour recueillir des données, et identifier les implants douteux , tous appartenant au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

L’ICIJ a constaté que, dans ce contexte, il n’existait aucun moyen pour les patients de disposer d’informations sur les dispositifs médicaux qu’on pouvait leur implanter. Or ceux-ci sont commercialisés dans le monde entier. D’où le projet de constituer une base de données qui pourrait être consultable par tous.

Ce qui a permis de  créer une base de données  ,   « International Medical Devices Database » (IMDD) qui a recensé  les produits de plus de 1 100 fabricants ou de leurs filiales, sur une période comprise entre le début des années 1990 et 2018. . La base permet de retrouver plus de 70 000 produits rappelés par les fabricants et recense les alertes et les informations des autorités de santé dans plus de 11 pays – des éléments qui ne sont pas accessibles dans la majeure partie du monde, et qui seront enrichis au fur et à mesure du développement de l’enquête. Un même produit peut en effet avoir un nom différent et les numéros des modèles, lorsqu’ils existent, peuvent varier selon les pays, si bien qu’il est difficile de suivre au-delà des frontières les dispositifs défaillants.

 

Afin d’accéder au fichier des incidents aux implants dans le monde : https://medicaldevices.icij.org/p/callout/embed?lang=fr

 

 

Source : franceinter.fr

              Lemonde.fr